Comment améliorer son offre alimentaire, lorsqu’on est une grande institution? Le CISSS de l’Outaouais fait preuve d’ingéniosité en utilisant, une fois par mois, ses menus thématiques pour proposer des repas plus locaux, sains et durables.

Qu’est-ce que la soupe sagamité, la tourtière au ketchup et le potage aux navets du cultivateur ont en commun? Ce sont trois repas issus du programme de menus thématiques du CISSS de l’Outaouais ! Plus encore, c’est l’un des leviers que l’institution utilise pour augmenter son approvisionnement en aliments locaux. 

Les défis d’un approvisionnement local

Depuis 2018, le CISSSO a pris un virage vert, en adoptant plusieurs pratiques écoresponsables. Accompagnés par l’équipe d’Équiterre et d’Aliments du Québec, les services alimentaires se sont retroussé les manches pour métamorphoser leur offre alimentaire, en s’attaquant au gaspillage alimentaire et aux pratiques d’approvisionnement responsable. 

Toutefois, comme beaucoup d’institutions québécoises, les services alimentaires du CISSS de l’Outaouais proposent des menus cycliques, qui ne peuvent pas être modifiés à court terme. Changer un menu existant implique des changements de procédures, de fournisseurs et de pratiques. Pas facile de faire changer les choses rapidement, lorsqu’on sert 7 000 repas par jour, répartis dans 3 centres de production et 21 sites de services! 

C’est pourquoi le CISSS de l’Outaouais s’est tourné vers des menus thématiques. Chaque mois, un menu spécial est proposé, pour souligner une fête, un événement marquant ou simplement pour apporter un peu de diversité dans la routine. 

En modifiant ces menus thématiques, déjà beaucoup plus flexibles que les menus réguliers, les services alimentaires peuvent intégrer plus facilement, et de façon ponctuelle, des aliments locaux, voire régionaux dans les menus. 

Par exemple, grâce à des partenariats avec des producteurs locaux, le CISSS de l’Outaouais a introduit au sein de son menu : des pommes d’un verger local, du veau de la région de Pontiac et des tartelettes aux fruits produites à Montréal! De plus, les usagers et les employés sont fiers de consommer plus localement, et encouragent la démarche.

Des menus thématiques qui rassemblent

Une fois par mois, les menus thématiques offrent un repas autour d’une fête, d’une saison ou d’une célébration. Il y a bien évidemment les classiques repas de Noël et du Jour de l’An, mais le CISSS de l’Outaouais tente d’aller un peu plus loin.

Cette année, les usagers des services alimentaires ont eu droit à un repas «temps des sucres» en avril, un repas autour de la pomme en septembre et des mets traditionnels des Premières Nations pour souligner la Journée nationale des peuples autochtones. 

D’ailleurs, ce dernier menu thématique composé de soupe sagamité, de banique et de riz sauvage a été particulièrement apprécié dans la région de Maniwaki, où une bonne proportion des résidents sont d’origine autochtone. 

Les menus thématiques offrent de la variété pour les résidents de longue durée. Ils permettent d’offrir des repas réconfortants, festifs et souvent nostalgiques pour les usagers.

Les techniciens en loisir et les bénévoles sont souvent appelés à organiser des activités autour des menus thématiques, comme une épluchette de pommes et une visite d’une cidrerie pour accompagner le menu de célébration de l’automne, ce qui créé des occasions de rassemblement

Comment bien réussir ses menus thématiques

Selon Malek Ennaifer, chargée de projet dans les services alimentaires du CISSS de l’Outaouais, la première étape pour intégrer des produits locaux dans les menus thématiques, c’est de s’asseoir avec les gestionnaires des sites de production et les responsables de l’élaboration des recettes, pour voir ce qui se fait déjà, et ce qui pourrait être changé.

Malek recommande de s’y prendre un minimum de 3 mois à l’avance, pour donner le temps aux responsables de tester des recettes et pour créer des liens avec les producteurs. La première étape est souvent de regarder les listes d’ingrédients, et de trouver des substitutions plus locales pour certains aliments.

Les services alimentaires du CISSS de l’Outaouais connaissent la force du réseautage! En collaboration avec Équiterre, l’ITHQ, la Table agroalimentaire de l’Outaouais et le MAPAQ régional, une rencontre avec les producteurs de la région a été organisée pour découvrir de nouveaux produits et fermiers locaux. Malek profite aussi des événements organisés par Commun’assiette pour échanger de bonnes pratiques avec d’autres institutions.

C’est d’ailleurs lors de ces événements que le CISSS de l’Outaouais a obtenu la recette de la soupe sagamité de l’hôpital Ste-Justine et la recette de la banique de l’hôpital GLEN. Ces deux recettes ont été déployées au menu thématique du 21 juin, soulignant l’importance de ces échanges entre institutions!

Les menus thématiques sont donc bien plus qu’une façon de souligner les fêtes ou les saisons. C’est aussi un levier pour encourager l’économie locale, tout en favorisant des aliments plus durables.

Les bonnes pratiques pour des menus thématiques plus locaux selon le CISSS de l’Outaouais :

  • Planifier les menus au moins 3 mois à l’avance; 
  • Récolter les commentaires des résidents, pour améliorer les menus d’année en année; 
  • Faire des liens avec des producteurs locaux; 
  • Indiquer directement sur les menus quels repas sont locaux;
  • Mobiliser l’institution autour des menus thématiques (annonces dans l’infolettre, mobilisation des employés en loisir, etc.);
  • Inviter des producteurs à tenir des kiosques-découvertes; 
  • Communiquer avec d’autres institutions pour échanger des recettes et des fournisseurs.