Si les fêtes de fin d’année sont synonymes de convivialité, elles sont également marquées par l’abondance et l’excès. Entre fin novembre et début janvier, l’ensemble des festivités contribue à une augmentation de plus de 25% des déchets ménagers, notamment à cause du gaspillage alimentaire.

Période propice à la surconsommation, les fêtes ont des impacts environnementaux non négligeables. Rassurez-vous, nous avons quelques astuces pour réduire votre empreinte environnementale! Après tout, au sein des services alimentaires institutionnels, les fêtes sont aussi une occasion de célébration pour toute la communauté.

Le saviez-vous?

Selon la Fondation David Suzuki, jusqu’à 40% de la nourriture est gaspillée au cours des fêtes de fin d’années.

Crédit photo: Nicole Michalou

Optez pour un menu plus végétal

Bien que la viande et les produits laitiers soient au cœur des repas traditionnels québécois, il est possible d’adapter des classiques pour les végétaliser.  

Par exemple, pourquoi ne pas proposer une tourtière (ou un pain de viande) à base de millet? La texture, l’apparence et le goût sont à s’y méprendre! Si vous avez des carnivores invétérés dans votre clientèle, il est toujours possible de mélanger la viande à des alternatives végétales (PVT, lentilles, etc.).  Promis, la nostalgie sera quand même au rendez-vous!

De plus, il est très facile de congeler cette tourtière, aussi bien crue que cuite, afin de réduire tout gaspillage de restants ou pour planifier un menu spécial.

Quant aux desserts, ils ne sont pas en reste. Pour vous inspirer, voici 7 recettes végés simples à réaliser, tout en conservant le plaisir traditionnel d’une bûche de noël ou encore d’une tarte au sucre.

Choisir un menu végétarien, voire végétalien, n’est pas seulement bénéfique pour les problématiques liées au climat, mais également plus conforme à l’esprit de Noël, associé à la générosité et à l’affection plutôt qu’à l’élevage intensif et aux abattoirs, comme le souligne Pierre-Olivier Pineau en 2021 dans Le Devoir.

Créativité et partage

Au moment de réfléchir à vos recettes, prenez le temps d’imaginer comment vous pourriez utiliser les aliments à leur plein potentiel : les écorces d’oranges peuvent être confites, les croûtes de pain peuvent se transformer en pouding de pain aux épices de Noël… Vous trouverez plusieurs astuces sur la réutilisation des restes des fêtes ici! De plus, une grande partie de ce que vous cuisinez peut aussi être congelée. 

Vous pouvez également inviter les gens à apporter des contenants réutilisables pour que chacun puisse repartir avec une portion du repas. Par exemple, en CPE, invitez les parents et employés à rapporter les restes avant la fermeture pendant le temps des fêtes. 

Enfin, n’oublions pas les personnes en situation d’isolement et de précarité pour qui le temps des fêtes peut être un moment difficile. Pensez aux associations autour de vous qui pourraient récupérer des denrées alimentaires pour les redistribuer à celles et ceux qui en ont besoin. Notamment. la Tablée des chefs peut être un excellent pont entre l’institution et les organismes communautaires en ce sens.

Crédit photo: Samuel Peter

Un moment de sensibilisation

Pour réduire l’empreinte carbone de vos repas festifs, privilégiez les ingrédients locaux et de saison.

Pourquoi ne pas profiter de ce moment pour sensibiliser vos consommateurs et consommatrices ? Informez-les sur l’origine des ingrédients, sur l’importance de la gestion anti-gaspillage et sur l’impact positif de leurs choix alimentaires. 

Dans le domaine des services de garde à la petite enfance ou en milieu scolaire, envisagez d’organiser des dégustations avec les enfants ou de les impliquer dans des activités écoresponsables. Une idée serait de cuisiner, par exemple, des sablés que les enfants pourraient ensuite accrocher dans le sapin de Noël avant de les déguster.

Faisons de chaque festin une occasion de célébrer non seulement la saison, mais aussi notre engagement envers un avenir plus durable.

Joyeuses fêtes!